Publié le

All Sponsored décroche le prix  » Coup de Coeur  » par le jury des Talents des Cités.

Talents des cités

All Sponsored prix  » Coup de Coeur  » du jury lors du Concours Talents des Cités

Le jeudi 27 juin 2019, All Sponsored a participé à la Technopole de Bourges au concours régional des Talents des Cités.

Pendant une vingtaine de minutes All Sponsored a présenté ses activités, sa croissance et ses projets de développements. 

Cette présentation a convaincu le jury puisque ce dernier lui a décerné le prix  » Coup de Coeur « .  Ce prix sera remis en mains propre le jeudi 26 septembre 2019 à Bourges. 

Une franche réussite pour la première présentation d’All Sponsored devant un jury.

Nous remercions l’ensemble de nos partenaires qui nous font confiance car ils sont par la même occasion eux aussi récompensés de leur engagement. 

Lauréats Talents BGE Centre Val de Loire

Retrouvez plus de photos sur la page Facebook de BGE Centre.

Publié le

Une communication innovante grâce au sponsoring : une action d’envergure pour le Crédit Agricole Centre Loire

Le Crédit Agricole Centre Loire sponsorise 91 clubs de football amateurs.

Ce sont plus de 2 000 pratiquants  qui se sont vus, ces dernières semaines, recevoir des maillots sur les territoires du Cher, du Loiret et de la Nièvre.

I. Le Crédit Agricole et sa caisse régionale Centre Loire, des acteurs engagés

Bazoches les Gallerandes
Les U9 de Bazoches les Gallerandes (45)

Le Crédit Agricole est un partenaire historique du football français. Il est présent dans le monde professionnel et amateur grâce à son partenariat avec la Fédération Française de Football et de nombreuses Ligues et Districts. Le Crédit Agricole, de par son engagement, met en avant ses valeurs mutualistes sur les territoires. Il possède un ancrage territorial fort qu’il anime quotidiennement.

 

 « La philosophie de soutien des acteurs et d’animation du territoire du Crédit Agricole fait partie de l’A.D.N de notre banque. Notre caisse régionale Centre Loire ne fait pas exception à cette politique envers le sport amateur, c’est ainsi que nous avons mené cette action de sponsoring au niveau local. »

Nadège Cartei, Crédit Agricole Centre Loire.

 

En ce sens, la caisse régionale Centre Loire a réalisé une opération sans précédent, pour la saison sportive 2018-2019 : elle sponsorise 91 clubs de football amateurs présents sur son territoire. 

Dans le but d’assurer la pérennité des clubs sportifs amateurs sur son territoire, le Crédit Agricole Centre Loire a offert des maillots à 91 clubs. Ces derniers vont permettre aux clubs d’équiper leurs 2 000 jeunes. Ces derniers jouant dans la catégorie U9 sur les départements du Cher, du Loiret, et de la Nièvre.

II. Les conséquences de ce partenariat

a) Dans les caisses locales du Crédit Agricole Centre Loire

ES Marigny
Le président de l’ES Marigny M.Laveau accompagné de Mme Foulatier présidente de la caisse locale de Saint Jean de Braye – Checy.

L’animation du territoire, valeur essentielle du Crédit Agricole, n’est pas oubliée dans cette opération.

Dans un premier temps, l’ensemble des présidents de caisse locale ont été impliqués dans le choix des clubs participant à cette opération.

Puis, à la réception des maillots dans les clubs, les présidents des clubs et ceux des caisses locales ont pu, ensemble, organiser une remise de maillots officielle en présence des joueurs et des familles. Une occasion pour certains clubs de réaliser un moment festif devant la presse locale. Cette activation permet de concerner et fédérer l’ensemble des acteurs locaux.

b) Sur les terrains et dans les clubs

2 000 licenciés et plus de 200 équipes concernés par ce partenariat vont participer durant la saison 2018-2019 à 3 000 plateaux. Le nombre de rencontres se rapprochera des 10 000. Quant au nombre d’adversaires rencontrés dans l’année, il dépassera les 5 000.

Par ce partenariat, la caisse régionale sponsorise autour de 50% des enfants de la catégorie U9 de son territoire. De quoi faire le bonheur de Paul, ce footballeur en herbe. Son papa, habitant de Neuville-aux-Bois (45) témoigne avoir entendu à la maison : « Papa, au foot nous avons eu des nouveaux maillots, c’est super ! En plus ils sont rouges comme la couleur du club et il y a notre logo ! »

Si vous êtes un habitué des plateaux du samedi matin ou simplement impliqué dans votre club, il va donc falloir s’habituer à voir nos petits sportifs courir, tous les week-ends, avec ces nouveaux maillots.

c) Chez les acteurs du sport amateur

ESLF
Les U9 de l’ESLF (45)

Gaël MACE, président du club de Jargeau Saint Denis FC avoue en toute honnêteté avoir été « surpris » par cette démarche. Il note que cela « aide » son club car la recherche de partenaire est longue et difficile.  Du côté de l’ensemble du club de l’AS Corbeilles, ce dernier « remercie chaleureusement le partenaire de soutenir notre action ».

Comme « tous les samedis matin », ce Faycien accompagne son fils, joueur de l’Etoile Sportive Loges et Forêt. Lorsqu’il lui est demandé s’il a eu écho de ce partenariat, il répond rapidement par la positive en complétant «  je me suis senti concerné par ce partenariat grâce à cette remise de maillots.  Cela fait plaisir de voir des entreprises qui s’impliquent autant dans le sport amateur ».

 

III. La place d’All Sponsored dans ce partenariat

Afin de mettre en œuvre ce sponsoring, le Crédit Agricole Centre Loire nous a fait confiance, nous qui sommes une jeune entreprise née sur son territoire.

Nous avions proposé au Crédit Agricole Centre Loire un nouveau modèle de sponsoring : devenir le partenaire non pas d’un seul club de sport amateur mais d’un groupement de clubs. Nous l’avons accompagné durant toutes les étapes de ce projet.  

Les avantages de ce nouveau modèle sont multiples pour le partenaire.  :

  • Une visibilité sur l’ensemble du territoire choisi
  • L’animation de son réseau
  • Le pouvoir de se positionner sur une seule catégorie ciblée de jeunes
  • Se positionner en tant qu’acteur socio-éducatif du sport amateur

«  Ce concept de sponsoring social et solidaire de proximité est un concept né sur les terrains et qui montre, de jour en jour, qu’il est viable et intéressant pour les entreprises. »

Stevens Lucereau, fondateur d’All Sponsored

 

All Sponsored continue de se développer grâce à un partenariat établi avec la Wild Code School de Paris. Dans le but que chaque club puisse bénéficier d’une interface sur le site internet www.allsponsored.com pour faciliter les démarches. L’objectif est d’avoir un suivi plus rapide, plus actualisé et plus précis de l’avancement du partenariat.

Pour conclure un grand merci au Crédit Agricole Centre Loire pour la confiance qu’il nous a accordée.

Neuville Sport Football
Les U9 de Neuville Sport Football (45)

 

Vous êtes un club ? Retrouvez nos conseils dans nos précédents articles.

Publié le

Au pied du mur, le sport amateur est délaissé par les plus grandes entreprises et c’est normal !

I. Constat

Les besoins des clubs amateurs sont en hausse chaque année alors que le sponsoring privé n’augmente pas (- de 10%)[1] et les subventions publiques baissent[2]. Le budget devient intenable sans l’augmentation de la recette des cotisations). « Et aujourd’hui, ce problème est encore plus important car nous avons perdu ces dernières saisons 4 000 clubs amateurs » alarme Éric Thomas, président de l’AFFA (Association Française de Football Amateur). Une réponse urgente doit être apportée car ils semblent « être au pied du mur, ne plus avoir le choix, devoir prendre une décision et agir ».

Force est de constater que le modèle économique actuel du sport amateur est à bout de souffle et qu’un nouveau doit être enclenché.[3]

Les clubs amateurs doivent tracer leur propre chemin pour perdurer. Cependant, la construction chacun de son côté est compliquée car la structure des clubs est faible : installations sommaires ainsi que moyens financiers et humains minimes comme le démontre un article précédent.

II. Quel peut être le modèle de demain pour le sport amateur ?

Afin que nos clubs amateurs puissent assurer leur pérennité et leurs missions, il apparait indispensable pour eux d’équilibrer leur budget. Cela passe, entre autres, par une augmentation des ressources privées.

Aujourd’hui, le partenaire présent dans le sport amateur est une TPE, un artisan ou une agence locale. Ces derniers, malgré leur grande générosité, ne peuvent subvenir aux besoins des associations locales[4].

Les grandes entreprises doivent donc, elles aussi, venir promouvoir leur image dans les contrées les plus recluses.

1)            Pourquoi les grandes entreprises ne donnent pas aux plus petits clubs

  • Dons aux comités départementaux, régionaux, districts, ligues et fédérations

Il n’existe, aujourd’hui, pas d’organisme public qui fasse ce lien, qui regroupe des clubs de sports amateurs, dans le but de participer au développement économique. Par conséquent, les entreprises, pour être des acteurs du sport, se tournent vers les institutions publiques : –         comités départementaux, régionaux, districts, ligues et fédérations. Malheureusement pour les clubs, cet argent récolté n’a pas de répercussion immédiate sur l’amélioration des conditions du club car il sert, le plus souvent, à couvrir les frais de fonctionnement de ces associations institutionnelles.

  • Manque de compétences dans les clubs

Au sein des clubs amateurs, comme démontré dans un article précédent, le manque de moyens humains et de compétences est un frein au développement économique. Les clubs amateurs n’ont pas les moyens financiers d’avoir des ressources en interne et un tel investissement ne leur serait pas rentable.[5]

  • Pas de calcul sur le retour sur investissement

Lorsque les entreprises investissent dans une campagne de communication, elles attendent un retour sur investissement (ROI). Le constat est que les clubs amateurs ne peuvent en offrir par manque de compétences mais également car l’investissement engrangé n’est pas rentable Néanmoins, regroupés, les clubs amateurs représentent une grande communauté, un grand vivier et un ROI positif.

2)           Ce que l’on peut imaginer

  • Augmentation des compétences par les clubs grâce à des ressources externes

Un club amateur n’a pas besoin d’avoir quotidiennement une personne dédiée à la création d’une plaquette ou d’un catalogue commercial. Elle n’a pas besoin, non plus, d’un commercial pour démarcher les entreprises autour de son club. Toutefois, pour ces associations sportives, c’est une nécessité de le faire afin de trouver des subventions ou faire parler d’elles. Pourquoi ne pas penser qu’une personne compétente et avec des objectifs puisse provenir d’une entreprise extérieure ?

  • Augmentation de la visibilité grâce à une mutualisation de l’image

Le ROI est important pour les entreprises. Les 4 sports collectifs majeurs en France que sont le Football, le Basket-ball, le Handball et le Rugby représentent environ 4 millions de licenciés soit plus de 6,00% de la population (davantage que l’écoute de TF1 entre 18h et 21h). Cela représente un potentiel de visibilité important pour une entreprise et souvent méconnu.

  • Mutualisation de la recherche de partenaire

Un groupement de clubs peut se constituer pour financer un emploi dédié à la recherche des partenaires. Cela permettrait de créer une compétence mutualisée.

Plus efficace et compétente dans son domaine pour démarcher les entreprises (grosses PME et au-delà), un club peut travailler avec une société qui propose à ces dernières un partenariat sur-mesure. Ainsi, l’entreprise prospect choisit son support de communication sur-mesure et adapté (âge, localisation, sports, clubs…) tout en ayant un seul interlocuteur spécialisé. 

III. Conclusion

Les plus grandes entreprises ne se tournent pas vers le sport amateur car elles ne connaissent pas de porte d’entrée pour se diriger vers ce secteur. Souvent effrayées par le nombre important de petits clubs amateurs, entrer en contact avec chacun d’eux serait très chronophage pour ces entités.

Et pourtant, le sport amateur est un relais fantastique pour s’inviter dans des milliers de foyers et développer une affinité avec ses clients.

C’est pourquoi des portes d’entrée se sont créées comme le propose All Sponsored.

 

[1]http://www.nauleausport.fr/le-modele-economique-des-clubs-sportifs-est-obsolete/

 

[2]https://www.lesechos.fr/25/04/2017/LesEchos/22432-029-ECH_secteur-associatif—des-pistes-pour-faire-face-a-la-baisse-des-subventions.htm

 

[3]Pour avancer le sport amateur doit se réinventer » Pierre RONDEAU, économiste du sport

 

[4]https://www.latribune.fr/economie/france/les-entreprises-francaises-en-tete-du-mecenat-dans-le-monde-568564.html

[5]https://www.linkedin.com/pulse/pourquoi-le-sponsoring-ne-repr%C3%A9sente-que-10-du-budget-lucereau/?lipi=urn%3Ali%3Apage%3Ad_flagship3_profile_view_base_post_details%3Be%2BgGdtsgQ7Cr9J1uy408Bw%3D%3D

 

 

 

Publié le

Qu’ont à vendre les clubs amateurs aux entreprises ? Quelle(s) typologie(s) d’entreprises soutiennent les clubs amateurs ?

I.                   Fin de la vente unique du panneau du stade, le partenariat c’est plus que ça !

Communication sportive terrain

Pendant longtemps, le partenariat entreprise-club se limitait à la simple vente d’espaces de communication.  En d’autres termes, « je vous donne X euros et vous mettez mon panneau autour du stade ». Puis, se disant que la communication visuelle pouvait être associée à des rencontres physiques, se sont ajoutés à la vente d’espaces, quelques privilèges telles que des invitations aux matchs ou encore des prestations promotionnelles durant le match. Il s’agissait là des prémices des offres sur-mesure que nous retrouvons désormais dans l’ensemble des clubs professionnels.

Aujourd’hui, les clubs professionnels se faisant de plus en plus concurrence entre eux, ils ont dû répondre aux attentes de leurs partenaires, clients et éventuels prospects en proposant une offre plus large et variée qui sera détaillée dans la suite de l’article.  Exemple du club de foot du Stade Rennais : https://www.staderennais.com/entreprises/klub-affaires

Face à cela, les clubs amateurs n’ont pas su répondre, faute de moyens humains et structurels (cf : article précédent).

II.                Les partenaires du monde professionnel et amateur sont-ils les mêmes ? Ces deux univers peuvent-ils proposer la même prestation aux partenaires ?

Il suffit de naviguer sur les différents sites internet des clubs professionnels et amateurs pour comprendre qui sont ces fameux partenaires.

Luis Gustavoa)     Qui sont les partenaires des clubs professionnels ?

Concernant les clubs professionnels, nous pouvons retrouver parmi leurs « top » partenaires des équipementiers sportifs (Nike, Adidas, etc…), des entreprises de télécommunication ou médias, une marque de distribution sportives (Intersport, GoSport, Sport2000, etc…), une entreprise de construction connue ainsi que des têtes de réseaux commerçants B2C (Business to Customer) tous secteurs d’activités confondus.

b)     Qui sont les partenaires des clubs amateurs ?

Chez les clubs amateurs, les partenaires les plus forts restent les partenaires publics, et ce, malgré la diminution des subventions publiques (près de 20% de baisse en 6 ans selon LesÉchos). Aux partenaires institutionnels viennent souvent s’associer le centre commercial local, le fournisseur d’équipement, la plus importante PME ou ETI du coin (Petite et Moyenne Entreprise / Entreprise de Taille Intermédiaire) qui exerce en B2B (Business to Business) ou B2C ainsi que des agences locales (rattachées à une marque nationale) ou des microentreprises appartenant aux parents d’un licencié.

c)      Que dit ce constat ?

Cette photographie globale nous permet de remarquer que les clubs professionnels parviennent à s’adresser à des entreprises aux pouvoirs de décisions nationaux, avec un budget national et des interlocuteurs experts dans la communication. Concernant les clubs amateurs, ils doivent s’adresser aux chefs d’entreprises locaux et/ou aux enseignes locales ayant un budget décentralisé dicté par la maison mère.

III.             Les clubs recherchent des recettes et les entreprises une contrepartie : c’est la logique d’un partenariat croisé. Mais alors, que peuvent vendre les clubs professionnels ou amateurs ?
a)     Ce que vendent les clubs professionnels

Les clubs professionnels vendent en premier lieu de la visibilité autour du terrain et en digital. Les maillots des joueurs, les panneaux publicitaires autour du terrain et tout autre support visible lors des matchs.

Également, les sponsors vendent de la communication événementielle : animations le jour du match (exemple : jeu concours, distribution de flyers), street-marketing, tournois partenaires, réunion inter-entreprises. 

À cela s’ajoute des prestations complémentaires telles que de la mise à dispositions des locaux en dehors des jours de matchs pour accueillir les entreprises au cours d’un séminaire.

Mais surtout, tous ont un sentiment d’être privilégié lorsqu’ils assistent au match. Ils ont les meilleures places au stade, n’ont pas besoin de réserver et sont assurés de voir le match même lorsqu’il se joue à guichet fermé.

Loto club amateurb)     Ce que vendent les clubs amateurs

En y réfléchissant, les clubs amateurs pourraient finalement, à leur échelle, proposer les mêmes contreparties avec de la visibilité autour du terrain et  de la communication sur le terrain. Eux-mêmes prennent des initiatives et sont créateurs de recettes supplémentaires pour leur club. En organisant de nombreuses manifestations fortement ancrées localement tels que les lotos, les vide-greniers, les tournois des jeunes ou les tournois des partenaires, ils parviennent à fédérer et dynamiser toute une communauté autour de leur club.

Cependant, la différence pourrait se faire ressentir sur l’hospitalité et le spectacle. En effet, les clubs peuvent/doivent s’organiser autrement pour pouvoir en proposer car il est difficile de copier les clubs professionnels qui ont bien plus de moyens structurels par exemple (cf : article précédent). Offrir des réceptions en se rassemblant dans des endroits chaleureux ou s’inviter dans les entreprises, organiser des évènements « spectacle » autour des partenaires sous forme de conférence peuvent être des solutions à mettre en place.

c)      Alors quelles sont les différences ?

In fine, nous pouvons voir que les clubs professionnels et amateurs peuvent proposer de nombreuses contreparties aux entreprises. Bien que les clubs amateurs offrent des prestations quasi-similaires aux clubs professionnels, ils le font naturellement à une échelle moindre puisque la structure est moins grande. De ce fait, il est normal que l’engagement financier de l’entreprise y soit moins élevé.

IV.              Conclusion

Finalement, chez les clubs professionnels et amateurs les similitudes sont grandes lorsque nous regardons les partenaires présents et les contreparties proposées.

Cependant, lorsqu’un club professionnel s’adresse à la maison mère d’une entreprise pour obtenir un partenariat, le club local s’adresse, quant à lui, au distributeur local ou à l’agence locale. La vision à long terme de l’interlocuteur n’est donc pas la même et le budget alloué au sponsoring l’est encore moins. De plus, la visibilité qu’apporte un club amateur est réduite et ne permet pas à l’entreprise de développer considérablement son chiffre d’affaires grâce à la publicité proposée sur ses moyens de communication. Par conséquent, le club local, contrairement à son homologue professionnel, ne peut pas obtenir des budgets importants de la part de son interlocuteur.

Cela permet d’expliquer en partie le fait que le sponsoring pour un club amateur ne représente que 10% de ses recettes contre 30% dans le sport professionnel.

Club amateur devant le sponsoring
Un club amateur confronté à la recherche de partenaires

         

Notre avis :

Les clubs amateurs n’ont rien à envier aux clubs professionnels si ce n’est leur visibilité. Nous leur conseillons de bien définir l’offre qu’ils ont à proposer aux entreprises et de fédérer un vrai groupe en prenant « soin » d’eux. Ils doivent également développer le sentiment d’appartenance des entreprises, non pas, en tant que supporter du club mais en tant que bienfaiteur. Ce sentiment de bonté qu’ils réalisent va les pousser à se fidéliser.

Je vous remercie d’avoir lu cet article présentant ce que les clubs professionnels et les clubs amateurs ont à vendre aux entreprises. Dans le prochain article, nous allons voir quels peuvent être les intérêts pour une entreprise à devenir partenaire d’un club de sport comparé à une campagne de communication classique.

Retrouvez tous nos articles sur : allsponsored.com

Publié le

Pourquoi le sponsoring a une part moins importante dans le budget d’un club de sport amateur que dans un club professionnel malgré ses besoins ?

  

1.     La part du sponsoring dans le budget d’un club professionnel est supérieur à celui d’un club amateur.

TAE Partenaire d'All Sponsored

Les clubs sportifs professionnels et amateurs, bien qu’ils partagent tous deux la même passion pour le sport, ne perçoivent pas la notion de partenariat de la même façon. Pourtant, pour les deux, le sponsoring est une source de revenu indispensable.

Après avoir réalisé un bilan du sponsoring sportif en France en comparant le pourcentage du revenu de sponsoring chez les clubs professionnels et amateurs, nous pouvons affirmer que le sponsoring a en moyenne une part plus importante dans le budget d’un club professionnel qu’amateur. En effet, les études montrent que le sponsoring représente plus de 30% des ressources d’un club professionnel et seulement 10% pour un club amateur.

Plusieurs questions nous viennent à l’esprit :

  • Les deux parties démarchent-elles les partenaires de la même façon ?
  • Les partenaires voient-ils en elles le même potentiel ?
  • Les clubs amateurs connaissent-ils les mêmes retombées que leurs homologues professionnels?

Autant de questions que nous soulèverons dans les articles à venir. Aujourd’hui, nous allons nous concentrer sur les différences structurelles entre ces deux mondes.

2.     Des différences structurelles

a)    Le personnel

Une première explication au fait que la part de sponsoring dans les clubs amateurs soit moins importante pourrait être de dire que la structure, l’organisation et les personnes évoluant dans ces deux entités clubs amateurs et clubs professionnels, diffèrent.

Tableau comparatif entre une structure associative et professionnelle.

Tableau article
Données récoltées après un sondage réalisé par nos soins auprès de 10 clubs de chaque ligue.

Les structures professionnelles ont, au minimum une personne, et en moyenne 2 à 3 personnes à temps plein. Les plus grosses structures, possèdent un département pouvant compter plus d’une dizaine de personnes.

Nous nous apercevons qu’un club sportif amateur ne possède en moyenne pas de personnel dédié à la recherche et à l’animation du réseau de partenaires. Les clubs amateurs s’appuient en général sur le réseau de ses bénévoles qui vont rechercher, pendant leur temps libre, des partenaires locaux.

 

b)    Les structures

Chaque club professionnel est propriétaire ou a à sa disposition des bureaux, des salles de réunion, des salles de réception et un terrain de sport adapté à son niveau de pratique.

En parallèle, les clubs amateurs font face à un manque de bâtiment pour loger du personnel et/ou animer un réseau de partenaires.

c)     Un écosystème économique différentSalle de sport

Un club professionnel est très souvent issu d’une grande ville. Le club profite ainsi et plus facilement de partenaires institutionnels forts tels que le soutien de sa mairie, de son département et de sa région. De ce fait, autour de ce soutien va se créer une « place to be ». Cela correspond à un endroit où les gens veulent/doivent se retrouver et se réunir car c’est le moment où il est possible de trouver des collaborateurs, des clients, des prospects et créer de nouvelles relations. De part cette notoriété, le club est implanté dans la ville et reçoit lui-même des demandes de partenariats et les entreprises privées se proposent, d’elles-mêmes, pour devenir partenaire de club. Il revient simplement au club d’accompagner ses partenaires afin d’accroître le réseau ; c’est ce que l’on appelle « l’animation du réseau partenaire ».  

Quant à lui, un club amateur va bénéficier d’un écosystème plus faible car le niveau de son équipe fanion va amener un soutien moins fort du département et de la région. Par la suite, par manque de structure (au sens bâtiments), il sera plus compliqué d’animer et fédérer un réseau de partenaires.

 

3.     Notre avis

Comme démontré, parce qu’un club amateur ne possède pas de salarié dédié au sponsoring, parce qu’il dispose d’un écosystème économique faible et de peu de locaux, il doit faire différemment. Il ne doit pas recopier ce que fait un club professionnel en matière de sponsoring. 

Un projet, dans le but d’augmenter les revenus de sponsoring, doit prendre en compte les caractéristiques globales du club, mais surtout les moyens humains et matériels. Des objectifs à court, moyen et long terme doivent en découler. Ces objectifs pourront être remplis avec une bonne répartition des tâches chez les bénévoles et l’utilisation de l’ensemble des compétences de ses adhérents. Ces éléments sont, selon nous, indispensables pour augmenter la part du sponsoring dans un club amateur.

Tournoi des partenaires

Je vous remercie d’avoir lu cet article présentant les différences structurelles entre le sport professionnel et le sport amateur. Dans le prochain article nous allons voir ce qui est mis en place dans le monde professionnel et dans le monde amateur pour les partenaires. Cela va nous amener à continuer à comprendre pourquoi la part du sponsoring est moins importante dans le sport amateur.

Retrouvez tous nos articles sur : allsponsored.com

Publié le

Le sponsoring ou parrainage dans le sport en France, où en est-on ?

1.      Qu’est-ce que le sponsoring et d’où vient-il?

En premier lieu, il n’est pas rare, ni faux, d’entendre les termes de parrainage ou partenariat pour évoquer le sponsoring. Ici, on parlera de sponsoring.

Selon le dictionnaire Larousse, le sponsoring est l’activité où « un particulier / une entreprise  finance une manifestation, une épreuve sportive, culturelle – ou un de ses participants – dans un but publicitaire ».

Combat de gladiateursConcernant l’historique de ce mot, nous pouvons remonter quasiment à l’aube des civilisations, bien avant notre ère, lorsque des mécènes fortunés érigeaient des statuts des sportifs, les exonéraient d’impôts ou finançaient quelques évènements artistiques ou sportifs. Au temps des jeux de Rome, soit 100 avant Jésus Christ, les politiques, les princes et un certain Jules César dépensent des sommes exorbitantes pour témoigner de leur richesse et de leur puissance en organisant des combats de gladiateurs avec des combattants toujours plus puissants et des évènements toujours plus grandioses. César, dont le but était de s’attirer la sympathie et les votes du peuple, avait compris les avantages du sponsoring ! Finalement, ce n’est qu’au 20ème siècle que le sponsoring sportif fut utilisé en entreprise dans un objectif commercial. 

En effet, « Le sponsoring est un levier de notoriété, il permet de donner de la visibilité à la marque », assure Hafida Guenfoud-Duval, directrice du mécénat culturel et du sponsoring de la Société Générale.

2.      Exemples concrets de sponsoring sportif :

Maillot jauneChaque sport ou événement sportif pratiqué à haut niveau génère des revenus importants grâce à ses sponsors. Quelques exemples :

 

3.      Le sponsoring contribue à l’économie du sport professionnel.

Un club professionnel a plusieurs moyens de générer des revenus. On y retrouve, les droits télévisuels, le sponsoring, le merchandising, la billetterie et le trading de joueurs.

  FOOTBALL RUGBY BASKETBALL HANDBALL VOLLEYBALL HOCKEY SUR GLACE
% de la part du sponsoring dans le chiffre d’affaire L1 + L2 TOP 14 + PRO D2 PRO A + PRO B D1 LAM + LAF + LBM LIGUE MAGNUS
24% 51% 51% 28% 26% 27%

 

(Source Rapport remis à M. Braillard en 2016 http://www.sports.gouv.fr/IMG/pdf/confsportpro_2016_rapport_hd4.pdf)

 

4.      Le sponsoring contribue à l’économie du sport amateur.

Après de nombreuses rencontres avec une centaine de présidents de clubs, nous pouvons dire que le pourcentage de recettes pour les clubs est d’environ 10%. Certaines études parlent de 5% (http://www.nauleausport.fr/le-modele-economique-des-clubs-sportifs-est-obsolete/).

D’après ces chiffres, nous pouvons constater que le sponsoring n’est pas inexistant pour le sport amateur mais qu’il a une part moins importante.

Sport amateur

 

Je vous remercie d’avoir lu cet article très factuel présentant les différences de sponsoring entre le sport professionnel et le sport amateur. Dans le prochain article nous allons voir ce qui est mis en place dans le monde professionnel et dans le monde amateur et commencer à comprendre pourquoi la part du sponsoring est moins importante dans le sport amateur.

www.allsponsored.com